25 juin 2017 ~ Commentaires fermés

climat sc

 

Introduction

La volonté d’agir en faveur d’un climat scolaire apaisé est devenue un enjeu majeur de politique publique en matière d’éducation. La loi d’orientation  du 8 juillet 2013 souligne l’importance « d’améliorer le climat scolaire pour refonder une école sereine et citoyenne en redynamisant la vie scolaire et en prévenant et en traitant les problèmes de violence et d’insécurité ». la circulaire de rentrée 2107 : l’amélioration du climat scolaire dans les écoles et les établissements scolaires est un enjeu majeur pour favoriser le bien être des élèves et des adultes améliorer les résultats scolaires diminuer les problèmes de violence de harcélement de discipline et de décrochage. » Depuis quelques années, la notion de climat scolaire est l’objet de nombreuses recherches tant nationales qu’internationales en sciences de l’éducation, d’enquêtes (victimation, sivis, talis…) et de rapports tel que celui proposé à l’étude, émanant de la  Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), sous la direction d’Eric Debarbieux. Ces études visent à  réfléchir sur les fondements d’un établissement scolaire de qualité bénéficiant d’un « bon » climat. Les résultats ont mis en lumière la multi-dimensionnalité de la notion (relation, sécurité, apprentissage, justice, éducation…) et ont révélé des causes, non plus seulement exogènes mais également endogènes agissant sur le climat scolaire.

En quoi le climat scolaire est-il un enjeu majeur pour l’Ecole ? ou encore, en quoi la notion de climat scolaire apporte-t-elle une nouvelle lecture des enjeux du système éducatif ?

Après avoir placé la notion de climat scolaire dans une perspective socio-historique (I) et évoquer les enjeux (II), nous montrerons que le climat scolaire est l’affaire te tous et plus particulièrement du conseiller principal d’éducation(CPE), conseiller de l’ensemble de la communauté éducative, personnel clé pour axer la politique éducative vers un climat serein propice aux apprentissages.

Emergence d’une notion clé : le climat scolaire

 

L’amélioration du climat scolaire est devenue un enjeu majeur de politique publique en matière d’éducation. Encore faut-il définir clairement ce qu’est le climat scolaire, et établir quelle est son influence sur le fonctionnement du système éducatif et celui des établissements scolaires. Jamais on n’a autant parlé de climat scolaire, de bien-être à l’école, d’autorité certes, mais d’autorité bienveillante… Qui appellent, à contrario,  à s’interroger sur la notion de violence en milieu scolaire.

Nous noterons d’abord que si les recherches liées au « climat scolaire » sont anciennes (Perry, 1908 ; Dewey, 1927), le climat scolaire fait l’objet d’études systématiques depuis les années cinquante avec une forte accélération ces dernières années, dans de nombreux pays. Il n’existe pas de définition univoque et consensuelle. Eduscol définit le CS comme l’ensemble des jugements et sentiments que se font l’ensemble de la communauté éducative sur l’expérience scolaire. Canopé le CS une approche systémique relevant de 7 facteurs : stratégies d’équipes/ pratiques partenariales/ pédagogie et coopération/ qualité de vie/ sécurité et lutte contre les violence et le harcèlement/ coéducation / justice scolaire

Notion vague, abstraite : qu’est ce qu’un « bon »climat scolaire ? Un « mauvais »climat ? Le climat scolaire n’est-il pas e même dans tous les établissements ?

Les enquêtes : victimation DEBARBIEUX  2010 ne rendent pas le sujet évanescent et permettent au contraire de mesurer de la violence en milieu scolaire, ressenti des acteurs. L’enquête a révélé un climat scolaire relativement « bon » mais 1 élève sur 10 au collège souffre de victimation répétée dont la moitié de manière sévère (harcèlement), l’enquête de la DEPP 93% des élèves se disent plutôt heureux à l’école… rassurant ! mais énormément de micro-violences ( incivilités, insultes, menaces, brimades…) générant un sentiment d’insécurité. A. Badet sur les incivilités qui peuvent génerer un sentiment d’insécurité

Le rapport DGESCO sous la direction d’E.DEBARBIEUX, président de l’Observatoire international de la Violence à l’Ecole. Premier rapport au nom de la délégation ministérielle  chargée de la lutte contre les violences en milieu scolaire.

La recherche scientifique : foisonnement car le climat scolaire est une notion systémique, multidimensionnelle : le climat scolaire, c’est la réalité vivante dans un établissement (relations interpersonnelles, communicationnelles…). Les résultats de la recherche scientifique ont permis d’établir des corrélations entre climat et apprentissage, assiduité, motivation, concentration ; entre climat et bien-être donc lien avec les violences, le sentiment de sécurité, entre climat et architecture, ergonomie, espace- lieu de vie, entre le climat et la gouvernance (stabilité des équipes, chef d’établissement charismatique, travail d’équipe, cohérence éducative…)

 

 

Les enjeux : pourquoi ? pour générer les « sentiments »

 

 Sentiment de sécurité et  sentiment de justice pour limiter la violence: cohérence éducative (règles explicites et expliquées, échelle des sanctions/punitions).

Sentiment d’appartenance  pour lutter contre l’absentéisme, le décrochage, l’ennui : travail en équipe (EPI, interdisciplinarité, sens des apprentissages). Evaluation valorisante, encourageante. Lieux de vie agréable, déco, casiers d’élèves, CDI accessible en permanence, le soir pour les internes… prendre en compte la parole de l’élève (participation à la vie de l’établissement, médiation par les élèves

Sentiment d’ouverture : coéducation, implication des familles,  école accueillante, bienveillante (notamment dans le cadre du dispositif « mallette des parents ».

Sentiment de bien-être pour favoriser la confiance et l’estime de soi : «  pédagogie du sujet » (C.VITALI) l’ « Autre fait question » (P.MEIRIEU), éducation à l’empathie, à la non-violence, au respect, à la différence…

Les résultats de nombreuses recherches ont permis d’établir des corrélations entre climat scolaire, motivation, estime de soi et in fine apprentissage. A la question pourquoi favoriser un bon climat scolaire ne réponds donc qu’il permet de favoriser un sentiment de sécurité et de justice scolaire ainsi qu’un sentiment d’appartenance qui lutte contre l’absentéisme le décrochage et qui permet par la suite à l’élève de s’engager dans un chemin vers la réussit

Enjeu des enjeux ! Réconcilier l’école (l’Institution en « déclin » (DUBET) avec ses usagers et son personnel…

Promouvoir une école bienveillante.

 

Les actions : comment ? (plus particulièrement le travail du CPE)

 

Longtemps, il a été question de causes exogènes concernant le climat d’un établissement (situation géographique, publics défavorisés…) pour expliquer la violence en milieu scolaire. Ces dernières années il a été établi que des variables endogènes pouvaient améliorer le sentiment de bien-être dans un EPLE autant chez les élèves que chez les adultes.

Le climat scolaire est un processus qui se construit par la mobilisation de l’ensemble  de la communauté éducative. Responsabilité collective.
les équipes pédagogiques sont désormais accompagnés pars des GACS groupe académique climat scolaire : plurcatégoriels, placés sous l’autorité des recteurs d’académie prônant une démarche intégré et transversale des problématiques qui viennent perturber l’activité scolaire et hors la classe ils proposent une aide ciblée sur les besoins exprimés par les équipes en s’appuyant sur une démarche systémique.

Le climat scolaire n’est pas une réalité figée, immuable : possibilité  de tendre vers un meilleur climat, meilleure ambiance…d’agir en faveur d’un climat positif.

Projet d’établissement axé sur l’amélioration du climat porté par un CE charismatique et investi.

Le référentiel de compétences communes (RC) et spécifiques (RS) vise, entre autre,  à ce que les personnels concourent à des objectifs communs en travaillant ensemble. (RC 10 : coopérer au sein d’une équipe).

 

Actions du CPE : impulser un travail collaboratif, en d’autres termes, pour bien vivre ensemble, commençons par bien travailler ensemble !

Accueil au quotidien entrée et sortie des élèves, disponibilité, rencontres élèves et parents, politesse… démarche d’exemplarité ; explicitation des règles (avec AED, PP).

Formation, implication et cohérence de l’équipe de vie scolaire. Communication permanente, réunion formelle/informelle…

Animation : faire vivre les instances participatives (CVL, CVC, MDL, clubs à la pause méridienne…), formation des délégués (par une équipe pluri catégorielle).

Investir le conseil pédagogique (membre de droit) c’est ici que le CPE trouve principalement son ancrage pédagogique et agit en faveur du décloisonnement enseignement/éducation.

Coéducation : coopérer avec les parents d’élèves  et les partenaires (RC 12 et 13).

Impliquer les familles pour prévenir certaines tensions et établir de bonnes relations.

Conclusion

Au terme de sa scolarité, un élève aura passé près de 15 années à l’école ; à cet âge là, c’est toute une vie ! La première des missions de l’école est que cette scolarité se passe dans les meilleures conditions possibles, autrement dit dans un climat sécurisant, confortable, encourageant et, osons le dire, mémorable, c’est-à-dire qu’il en garde un bon souvenir. Agir en faveur d’un climat scolaire apaisé propice aux apprentissages, relève d’une responsabilité collective et d’un travail collaboratif. Les retombées bénéfiques en terme de motivation, de sécurité, de bien-être sont quantifiables, palpables et participent à créer un « effet-établissement ». Le « bon » climat ne se décrète pas mais se construit avec le concours de l’ensemble de la communauté éducative, par un engagement collectif.

Corollaire : effet etablissement : effet cpe.

 

Les Commentaires sont fermés.

Résidence Picardie |
parrainagebanquesfacile |
Myfreelife |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | France2017
| Pollux30
| Jessyange